Depuis son lancement en 2009, de plus en plus d’établissements adoptent le trophon® EPR dans le monde entier. Découvrez pourquoi nos clients choisissent d’utiliser le trophon comme solution de désinfection de haut niveau.

Rencontrez nos clients!
Le trophon est largement utilisé dans le monde entier, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Singapour et à Hong Kong.

La tendance croissante mondiale est d’exiger une désinfection de haut niveau (DHN) et de mettre en oeuvre des recommandations plus strictes. De ce fait, le nombre de pays qui adoptent le trophon comme système de désinfection des sondes d’échographie augmente rapidement.

Aux États-Unis, le trophon s’impose rapidement comme nouvelle norme de soins dans les hôpitaux et les cliniques. Notre technologie unique est aujourd’hui utilisée dans 49 des 50 meilleurs hôpitaux. Au total, des systèmes trophon sont présents dans 100 environnements cliniques différents.

Vous pouvez désormais trouver le trophon dans près de 3000 établissements dans tout le pays, y compris dans ces établissements de soins de santé renom:

  • Cleveland Clinic, Cleveland
  • Massachusetts General Hospital, Boston
  • Clinique Mayo, Rochester
  • Université de New York, New York
  • Scripps La Jolla Hospitals and Clinics, La Jolla
  • Stanford Hospital and Clinics, Palo Alto
  • The Johns Hopkins Hospital, Baltimore


Sanford Health, un grand acteur de la santé américain qui possède 43 hôpitaux et près de 250 cliniques a installé plus de 60 systèmes trophon dans l’ensemble de son réseau hospitalier.

Le groupe avait initialement choisi le système pour les échographies vaginales en raison de son efficacité contre HPV. Désormais le groupe utilise le trophon dans d’autres services et établissements, y compris en radiologie/imagerie, services d’urgence, obstétrique, médecine maternelle et fœtale, urologie, radiologie interventionnelle, dans les centres de dépistage des maladies du sein et les dispensaires familiaux.

En Australie, la majorité des services de radiologie des hôpitaux adopte le trophon comme traitement de référence.

Les témoignages de nos clients

C’est plus facile pour les utilisateurs, c’est plus simple pour le service biomédical, ça limite les coûts.

Philippe Couturier
ingénieur biomédical à l’Hôpital Nord Franche Comté.

«Le fait d’acheter un trophon permettait, tout en respectant les normes d’hygiène, de faciliter le nettoyage des sondes et la désinfection, de le faire rapidement et de sécuriser les utilisateurs tout en limitant les risques de casse des sondes.

L’usage du trophon nous évite de démonter les sondes et de les tremper donc on peut utiliser l’appareil directement sur les sondes sans avoir à les débrancher.

C’est plus facile pour les utilisateurs, c’est plus simple pour le service biomédical, ça limite les coûts. Tout le monde s’y retrouve.»


Gain de temps et un processus plus sûr

Sue Hohenthaner
Sanford Entreprise, directrice de la prévention des infections, Sanford Health, États-Unis.

« Nous avons acheté plusieurs unités [trophon] l’an dernier et nous voulions en installer d’autres, mais nous attendions les résultats des études d’efficacité. Au départ, nous avons choisi le trophon pour les échographies vaginales à cause de son efficacité contre les HPV 16 et 18. Nous considérions vraiment que tout endroit où des sondes vaginales étaient utilisées devait être équipé d’un système de trophon.

Le procédé [de trempage] est extrêmement complexe. Le renouvellement du personnel est fréquent et même si vous validez les connaissances tous les ans, il est très difficile de réaliser ce procédé de désinfection manuelle correctement à 100 %.

Mais il n’est pas seulement question de la sécurité des patients — la sécurité des employés est aussi importante. Une ventilation adéquate doit exister et des équipements de protection individuelle doivent être utilisés. Le procédé du trophon est beaucoup plus sûr pour les employés et enlève toutes les étapes supplémentaires.

Vous ne transportez pas les sondes. Elles sont très fragiles et vous ne les transportez plus dans les couloirs [vers une chambre de désinfection spécifique] en risquant de les casser – donc c’est l’idéal.

L’attente était la partie la plus difficile. Je ne peux pas vous dire combien d’appels je recevais qui disaient : et si on achetait un trophon, nous voulons vraiment un trophon, qu’est-ce qu’on attend ? Tout le monde voulait le voir arrive. »


Rassure le personnel et les patients

Ann Allen
Clinical Lead Sonographer, King’s Mill Hospital, Nottingham, Royaume-Uni.

« Nous aimons ce procédé de désinfection [trophon EPR] parce qu’il supprime toute subjectivité de la part de l’utilisateur, assurant au personnel que le procédé de désinfection est parfaitement reproduit à chaque cycle.

Ce système rassure aussi les patients, car ils savent que la sonde a été désinfectée automatiquement, plutôt que nettoyée manuellement.

Nous avions l’habitude d’utiliser de simples lingettes, ce qui prenait 30 secondes. Cependant, le trophon EPR est extrêmement facile à utiliser et le système s’intègre bien à notre flux de travail. Il n’a pas prolongé le temps d’examen, qui est un aspect crucial dans un département d’échographie très occupé. »

Le trophon résout plusieurs problèmes liés à la désinfection de haut niveau tout en offrant une protection plus complète aux patients et au personnel, et ça en deux fois moins de temps!

Robert De Jong Jr., RDMS, RDCS, RVT
Directeur technique Radiologie, Échographie, The Johns Hopkins Hospital (JHM), Baltimore, Maryland, États-Unis.

« Le trophon EPR est la chose la plus intéressante échographie depuis l’échographie Doppler couleur.

Le temps passé et l’énergie nécessaire pour effectuer le trempage chimique perturbaient grandement les soins aux patients, au point que je pensais à embaucher une personne strictement responsable de la DHN sur les sondes.

Les produits chimiques engendraient un détachement entre les couches de la sonde, permettant une infiltration d’air. Cela donnait lieu à des artéfacts et des images de mauvaise qualité. Depuis que j’ai adopté le trophon EPR, je n’ai pas eu à remplacer des sondes affectées de cette manière.

Le temps qu’on ne passe plus à attendre les sondes est un atout majeur et les membres du personnel apprécient vraiment la facilité d’utilisation du trophon EPR. Désormais, nous essayons de « trophoniser » chaque sonde après son utilisation, et pas seulement les sondes endocavitaires.

Le trophon est un vœu exaucé! Il nous a permis de résoudre plusieurs problèmes liés à la désinfection de haut niveau tout en offrant une protection plus complète et plus fiable à nos patients et notre personnel, et ça en deux fois moins de temps. »


Offre le meilleur procédé de désinfection des sondes d’échographie

Dr Andrew Ngu
Directeur East Melbourne Ultrasound, Victoria, Australie, et président désigné de l’International Society of Ultrasound in Obstetrics and Gynecology (ISUOG).

« Avant le trophon, nous avions recours à diverses méthodes, dont le trempage des sondes dans une solution chimique. Cela n’était pas très satisfaisant puisque nous ne pouvions désinfecter qu’une seule partie de la sonde [la tête].

Avec le trophon EPR, je sais que j’offre le meilleur service possible aux patients, notamment et surtout le meilleur procédé de désinfection des sondes qui soit.

Le personnel est aussi soulagé de ne pas avoir à suivre toutes les procédures (équipement de protection) pour se protéger des solutions chimiques.

C’est un procédé très facile à effectuer et nous sommes très contents du fonctionnement. En fait, maintenant nous n’envisageons pas d’autres solutions. »

Fournit un processus de désinfection axé sur la technologie

Candace Goldstein
formatrice en échographie, Scripps Clinic (une entité de Scripps Health), San Diego, Californie, États-Unis.

En tant qu’éducatrice clinique d’une clinique multisite, je cherche constamment à améliorer les flux de travaux, à réduire les expositions potentielles pour les échographistes et à mettre notre procédé de désinfection à niveau dans le but de fournir des soins optimaux aux patients. Le trophon EPR est un système révolutionnaire qui permet au service d’échographie de disposer de son premier procédé de désinfection axé sur la technologie. »


Améliore l’efficacité et la sécurité

Eric Rosenberg
Directeur, Scripps’ Gooding Imaging Center, San Diego, Californie, États-Unis.

« À ce jour, notre conversion [à la désinfection de haut niveau à l’aide du trophon EPR] nous a permis d’améliorer l’efficacité du procédé de nettoyage, d’uniformiser nos procédures et d’éliminer les variations sans valeur ajoutée, de réduire les risques d’erreur humaine et d’améliorer la sécurité en réduisant l’exposition aux produits chimiques nocifs précédemment utilisés dans le procédé de nettoyage manuel. »


Optimise les soins et la sécurité des patients

Feisal Keshavjee
Chef de l’exécutif, Radiology Consultants Associated (RCA), Canada.

« … Nous voilà équipés d’échographes qui coûtent 150 000 dollars canadien et des sondes qui vont avec d’une valeur de 15 000 dollars canadien que nous nettoyons avec une technologie de trempage au glutaraldéhyde qui date des années 1960 – tout cela n’avait tout simplement plus de sens!

Si le nombre d’échographies que nous pouvons faire en une journée est réduit par un procédé de nettoyage des sondes qui dure trop longtemps, la clinique perd non seulement des revenus, mais l’accès aux soins des patients de la communauté est également affecté.

La communauté espérait que la technologie dernier cri allait améliorer la qualité de l’imagerie, ainsi que les soins et la sécurité des patients. Quand il s’agit de désinfection de haut niveau, cela signifie d’utiliser le trophon EPR. »